Citations

“L’Irak d’après la guerre de 2003 fut l’aboutissement logique de la théorie de l’école de Chicago (tenants d’un néo-libéralisme débridé): un secteur public réduit au strict minimum, composé principalement de contractuels vivant dans une ville-état construite par la société américaine Halliburton, chargée d’entériner des lois favorables aux entreprises américaines rédigées par KPMG et de remettre des sacs de paquetage bourrés d’argent liquide à des entrepreneurs occidentaux protégés par des mercenaires, eux-mêmes bénéficiaires d’une immunité juridique absolue. Tout autour d’eux des gens furieux, de plus en plus enclins à se tourner vers le fondamentalisme religieux (alors que sous Saddam Hussein, la fondamentalisme religieux n’existait pas), seule source de pouvoir dans un Etat «coquille vide». De même que le gangstérisme russe et le copinage à la Bush, l’Irak contemporain est le produit de la croisade lancée il y a 50 ans pour la privatisation du monde par l’économie américaine.”

in “La stratégie du choc”.



“George W. Bush résuma la situation - à propos de l’Irak - en quelques mots: «instaurer la liberté dans une région troublée».

Nombreux furent ceux qui virent là une profession de foi idéaliste envers la démocratie. Mais c’était toujours l’autre liberté qu’on trouvait au cœur de la «théorie du modèle néolibéral de l’école de Chicago», celle qu’on avait proposé au Chili dans les année 1970 et à la Russie dans les années 1990, à savoir la liberté, pour les multinationales américaines, de vampiriser les Etats nouvellement privatisés”.

(La liberté pour le peuple irakien lui a valu un taux de chômage décuplé, une infrastructure démolie et jamais reconstruire, une pauvreté qui était quasi inexistante du temps de Saddam Hussein, de pouvoir manger des produits McDonald, et la création de l’Etat islamique !)

(Lorsque les multinationales se sont goinfrées des richesses du pays, la plupart se sont retirées [sauf celles concernant les produits pétroliers] avec les milliards engrangés indûment sur le dos du peuple irakien).

in “La stratégie du choc”.